JazzOrJazz - Programme
Kyle Eastwood 5tet
Avec comme invité de choix le saxophoniste italien Stefano Di Battista, le contrebassiste Kyle Eastwood s’affirme encore davantage comme un leader, puisant autant dans le groove du hard bop et du rhythm’n’blues que dans des atmosphères plus contemporaines. Un jazz d’aujourd’hui, inspiré et personnel.

Depuis son apparition sur la scène jazz internationale au milieu des années 90, c’est avec un mélange bien à lui d’indépendance, d’élégance, de ténacité et d’humilité que Kyle Eastwood, entreprend de tracer son propre chemin dans le foisonnement des genres et des styles. Son premier disque en tant que leader, From There to Here, est paru en 1998 alors qu’il est tout juste âgé de 30 ans. Dans cet album, s’affirmait avec éclat son amour et sa connaissance intime de l’âge d’or du jazz orchestral des années 50. Par la suite, il a ressenti le besoin de se détourner de ces références en aventurant son univers dans des projets hybrides et subtilement transgenres, flirtant, au gré d’albums aussi éclectiques que raffinés, avec l’électro-jazz cool et sophistiqué (Paris Blues), le smooth jazz aux accents seventies et résolument groovy (Now), voire le manifeste arty, chic, urbain et métissé (Métropolitain). C’est en 2011, que le contrebassiste, à la tête d’un tout nouveau quintet composé de jeunes musiciens anglais talentueux, encore peu connus mais en phase avec ses parti-pris musicaux, a véritablement trouvé sa voie en posant les jalons d’une musique gorgée de swing, renouant avec un jazz plus direct, lyrique et mélodique. Enregistrés avec la même équipe de musiciens, les deux disques suivants, The View From Here et Timepieces, parus respectivement en 2013 et 2015 ont confirmé et approfondi avec brio cette nouvelle orientation esthétique aux allures de “retour aux sources”. Son nouvel album, intitulé In Transit et enregistré en avril 2017 à Malakoff, s’inscrit sans ambiguïté dans cette continuité. Kyle Eastwood, signe ici un disque d’une grande maturité sous sa simplicité apparente. À partir d’une sélection de thèmes, mêlant reprises de standards immortels de grands noms du jazz et compositions originales mettant en valeur les talents d’écriture de chacun des membres du quintet, l’artiste joue la carte d’une musique à la fois personnelle et anonyme, actuelle et intemporelle. Invité à s’intégrer au quintet sur quatre morceaux (dont le Love Theme du film Cinema Paradiso composé par Ennio Morricone), le grand saxophoniste alto italien Stefano Di Battista enrichit la pâte sonore de la formation de son style généreux fondé sur un engagement physique et émotionnel total, tout en orientant insensiblement la musique vers ses propres références (de Cannonball Adderley à Jackie McLean). Une façon pour Kyle Eastwood d’ouvrir son univers sur de nouveaux horizons et de continuer ainsi à avancer dans son exploration toujours plus fine et intime de cette musique dont la richesse n’est décidément pas prête de s’épuiser.

écouter Kyle Eastwood 5tet